Locus Map, OpenStreet Map

   Locus Map pour les smartphone sous Androïd, utilise des cartes libres de droit OpenstreetMap. Avec ces cartes, il arrive parfois sur le terrain de rencontrer des zones où il manque des détails, des chemins, etc. Et comme pour Wikipédia, ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui modifient et mettent à jour  ces cartes en ligne. Nous allons voir comment faire ces mises à jour nous même.

       On va voir rapidement les première bases pour compléter soi-même ces cartes. En priorité, il faut avoir un tracé GPX (fait grâce à LocusMap). Ce tracé permet de localiser les chemins où l’on est passé, ainsi que les points GPS que l’on a pu relever pendant ce trajet. Il faut faire attention à la précision de l’enregistrement. Un smartphone dans la poche du pantalon sera bien moins précis que si on le tient à la main!  On transfère ensuite  ce fichier GPX sur l’ordinateur.

         On se connecte alors au site :  https://www.openstreetmap.org et on crée un compte pour pouvoir modifier les cartes. Une fois que c’est fait, on importe notre trace GPS en cliquant sur  »trace GPS »  en haut de la carte.

    On peut voir les  dernières traces publiques qui ont été téléchargées ou ses propres traces (si on en a déjà ).

       On choisi envoyer une trace, et l’onglet suivant s’ouvre et on choisi notre trace à envoyer.

          Quelques secondes après, cette trace apparaît dans l’onglet  »traces GPS / Voir mes traces ».

     Au niveau de notre trace, on choisi alors  »Modifier », et miracle, notre tracé GPX apparaît en violet sur un fond de  carte où l’on peut modifier les tracés.

       En France, en fond de carte, on peut avoir les photos satellite de l’IGN, le cadastre, mais également d’autre fond de carte en cliquant sur le petit onglet  »carte » qui se trouve à droite.

          Une fois que l’on a choisi son fond de carte qui nous convient le mieux, on peut commencer a rajouter ce que l’on veut sur la carte. On se sert de l’onglet supérieur  »ajouter un élément ».

Et on choisi ce que l’on veut mettre.

–Point : Pour  mettre les noms de lieux ou bien des points caractéristiques.

–Ligne : Pour mettre des routes, chemins, cours d’eau, bordures de végétations.

–Polygone : Pour mettre des bâtiments, des lacs.

        Une barre latérale sur la gauche permet de choisir l’attribut de l’objet que l’on vient de rajouter. C’est assez intuitif et facile, mais en cas de doute il faut faire attention de ne pas faire n’importe quoi d’irrémédiable…

         Une fois que les modifications ont été faites, on sauvegarde. Lors de l’enregistrement, Openstreet Map peut signaler des problèmes qu’il faudra alors résoudre (jonction de chemins, chemin qui passe sur un cour d’eau sans pont, bâtiment sur un lac, etc…).

       Les  modifications apparaîtront sur les cartes en ligne Openstreet Map (OSM) en fonction des fréquences  des mises à jour. Sur OSM Classic, la mise à jour est presque instantanée.  Sur OSM OpenCycleMap et OSM Outdoors, cela prend en général une semaine (penser à effacer le cache de la carte sur LocusMap), et sur OSM Open TopoMap, plusieurs mois…

       Les données sont prises en compte dans les 24h par BRouter Offline Navigation.

       On se prend rapidement au jeu, si bien que depuis environ un an, je dois être à plus de 100km de pistes et chemins rajoutés autour de chez moi. Chaque sortie en course à pied, VTT, balade du chien, en montagne, etc  est un bon moyen de mettre à jour et compléter le secteur.

        Pour compléter ce petit tuto :

www.learnosm.org/fr : Pour bien débuter

www.wiki.openstreetmap.org : Le guide du débutant

 

 

2 réflexions sur « Locus Map, OpenStreet Map »

  1. Photos invisibles pour moi. Est-ce ma config ou est-ce le cas des autres lecteurs?? NB suis capable de voir la photo musee de speleo 1986 de l’article de decembre, mais la ce qui m’interesse ce sont les cartes du monde quand pas de reseau.
    Merci du feedback.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *